Archive de l’étiquette santé

L' Activité Physique

L’ Activité Physique

L’activité physique doit être un point incontournable lors d’un suivi diététique. En effet, les bénéfices sont nombreux et les résultats de perte de poids seront meilleurs.

Effets bénéfiques sur le sommeil :

Une pratique sportive intensive et régulière est idéale pour améliorer les cycles du sommeil et jouir d’un sommeil réparateur. Les endorphines procurent une sensation de bien-être et aident l’organisme à se plonger dans un sommeil plus profond, exempt de stress et d’angoisses.

Le sport est donc un formidable allié dans la lutte contre les insomnies.

Renforcement de la structure osseuse :

La pratique d’une activité physique régulière est également bénéfique pour l’amélioration de la densité osseuse. En effet, le mouvement de contraction exercé par les muscles sur les os, via les tendons, contribuera à renforcer la solidité et la robustesse des os.

Ce renforcement osseux et musculaire est tout à fait indiqué pour limiter l’apparition d’affections chroniques de type lombalgies, rhumatismes inflammatoires, ostéoporoses, ou encore arthroses.

Prévention de certains cancer :

De nombreuses études scientifiques ont révélé l’action préventive de l’activité sportive contre certains types de cancer. Chez les femmes comme chez les hommes, le fait de bouger entraîne une diminution de 30 % à 40 % des risques de souffrir du cancer du côlon. Les femmes actives ont de 20 % à 30 % moins de risque de souffrir du cancer du sein que celles qui sont sédentaires. ”

 Prévention des maladies cardio-vasculaires :

Une activité physique régulière améliore et régule le fonctionnement du système cardiaque en diminuant de façon significative certains facteurs de risque cardio-vasculaire :

Elle peut réduire jusqu’à 50% l’hypertension artérielle.

Elle augmente le taux de « bon » cholestérol.

Elle intervient dans la vasodilatation des vaisseaux, pour améliorer la circulation sanguine.

Elle régule le taux de sucre dans le sang, diminuant ainsi les risques de diabète.

Elle contribue, avec le temps, à rendre le cœur plus résistant et à moins se fatiguer pendant l’effort.

Lutte contre le surpoids et l’obésité :

De manière générale, l’activité physique reste idéale pour les petites pertes de poids et la conservation de son poids de forme, dans le but d’obtenir une silhouette plus fine et plus tonique. Si vous souhaitez vous affiner, privilégiez les sports de cardio types natation, vélo elliptique ou course à pied. En revanche, si vous préférez plutôt vous muscler, ce sont des activités comme la danse, le Pilate ou l’aérobic qui conviendront le mieux.

Apporte un sentiment de bien-être :

Cette sensation de bien-être, presque euphorisante, trouve son origine dans les endorphines, ces hormones du plaisir envoyées par le cerveau suite à la réalisation d’un effort intense. À la façon d’une drogue, c’est aussi ce qui explique que certains sportifs ne puissent plus, à force d’entraînement, se passer de leur routine sportive.

Antistress puissant :

Conséquence de l’action des endorphines et de ce bien-être général, les niveaux de stress et d’anxiété diminuent également de manière significative avec la pratique d’une activité sportive intense. Au-delà de son effet tranquillisant, le sport permet également de faire une coupure avec le quotidien et d’oublier, pour quelques heures, les petits tracas qui nous occupent habituellement l’esprit. Par la suite, il nous aide à envisager ces problèmes avec beaucoup plus de sérénité.

C’est un véritable outil de lutte contre le stress, les crises d’angoisses ou encore la dépression. Il est d’autant plus bénéfique chez les enfants, les adolescents et les seniors, les plus touchés par le manque de reconnaissance et de confiance en soi.

Des capacités intellectuelles décuplées :

On l’a vue, la pratique intensive d’un sport et en particulier d’un sport d’endurance, contribue à l’amélioration de la circulation sanguine dans l’organisme ; par conséquent, le dioxyde de carbone est également transporté plus rapidement, entraînant une meilleure oxygénation du cerveau. L’activité cérébrale s’en trouve donc largement stimulée, améliorant nos capacités de réflexion ou mémoire.

Si vous souhaitez trouver une activité physique qui vous convienne n’hésitez pas à utiliser : www.mangerbouger.fr

La rétention d'eau

La rétention d’eau

L’eau représente 65% de notre poids total. Les reins régulent normalement la quantité de liquide dans l’organisme, mais lorsque le corps emmagasine plus d’eau qu’il n’en évacue, il se créé un déséquilibre des flux liquidiens, on parle alors de rétention d’eau. L’eau s’échappe alors de nos cellules et migre vers les tissus pour s’accumuler de manière excessive, ce qui entraîne un gonflement des zones concernées. Ce phénomène est plus ou moins visible à l’œil nu.

On parle souvent d’œdème en faisant référence à la rétention d’eau, mais il convient de comprendre que ce sont deux choses différentes même si elles sont liées. En réalité, l’œdème est une complication de la rétention d’eau. Il est défini comme un gonflement d’un organe particulier ou d’un tissu spécifique en conséquence à une rétention d’eau excessive par l’organisme. Lorsque l’on parle d’œdème, on a tendance à spécifier l’organe ou le tissu concerné : œdème des jambes, œdème pulmonaire, œdème cérébral, œdème cornéen, etc.

Quels sont les causes possibles de celle-ci ?

1. UNE HYDRATATION INSUFFISANTE :
La déshydratation est une des principales causes de rétention d’eau. Lorsque nous manquons d’eau, l’organisme se protège en stockant le peu d’eau disponible afin de lui permettre de continuer de fonctionner correctement. Une consommation d’eau insuffisante provoque également une concentration de sodium dans le corps. Or, ce dernier a pour rôle d’attirer l’eau en dehors des cellules.

2. LA CHALEUR :
Une autre des causes de rétention d’eau temporaire : la chaleur. Une hausse brutale des températures favorise la rétention d’eau dans la mesure où elle dilate les vaisseaux sanguins et les rend plus poreux. Résultat : elle entraîne des sorties d’eau et donc une accumulation d’eau en dehors des cellules.

3. UN DÉSÉQUILIBRE HORMONAL (Pour les femmes) :
Certains moments de la vie sont propices à un stockage excessif d’eau par l’organisme : c’est le cas de la période pré-menstruelle, de la grossesse ou encore de la ménopause : La rétention d’eau est ainsi fréquente à l’arrivée des règles. En effet, quelques jours avant les menstruations, les niveaux d’œstrogènes et de progestérone chutent : l’eau s’accumule alors dans l’organisme créant une rétention plus ou moins importante d’une femme à l’autre. Heureusement, ce phénomène est physiologique et s’estompe habituellement quelques jours plus tard. La ménopause est un troisième moment de la vie d’une femme à risque de rétention d’eau. Cette dernière est liée aux changements hormonaux et notamment à une moindre production de progestérone qui a pour rôle habituel de réabsorber les liquides de l’organisme par les reins.

4. L’ÂGE :
Mauvaise nouvelle ! L’âge est aussi un facteur de risque de rétention d’eau. En effet, avec l’âge, les vaisseaux sanguins deviennent plus poreux, favorisant ainsi la rétention de l’eau par l’organisme.

5. UNE ALIMENTATION PAUVRE EN PROTÉINES :
Une consommation insuffisante en protéines peut également être la cause d’une rétention d’eau, néanmoins cette cause reste assez peu fréquente dans notre société où la consommation de protéines est plutôt élevée. Il faut savoir que toutes les cellules du corps humain sont formées de protéines. Ces dernières constituent notamment les membranes des cellules. Résultat en cas de carences, les cellules retiennent moins bien l’eau qui va avoir tendance à s’échapper et s’accumuler en dehors de celles-ci.

6. UNE ALIMENTATION RICHE EN SEL :
De mauvaises habitudes alimentaires peuvent également favoriser l’apparition de rétention d’eau. Une des causes alimentaires les plus fréquentes : une alimentation trop riche en sel ou plus exactement de sodium. Un excès de sodium lié à une alimentation trop salée entraîne un déséquilibre sodium/potassium qui a des répercussions importantes sur les flux de liquides dans l’organisme. On constate un afflux d’eau des cellules vers les tissus sous-cutanés, où ils s’y accumulent : c’est la rétention d’eau.

7. LA CONSOMMATION D’ALCOOL :
La consommation d’alcool peut générer un état temporaire de rétention d’eau, dans la mesure où elle contribue à déshydrater l’organisme. En effet, de par son puissant effet diurétique, l’alcool augmente excessivement les pertes d’eau de l’organisme. S’il n’est pas compensé par une consommation d’eau en quantité satisfaisante, il occasionne alors de la rétention d’eau.

8. UNE IMMOBILISATION PROLONGÉE :
Une position statique prolongée et/ou fréquente peut entraver la circulation des liquides corporels(de la circulation sanguine ou lymphatique), ce qui favoriserait la rétention d’eau. Certaines positions (jambes croisées notamment) peuvent aggraver cet effet.

9. CERTAINS TRAITEMENTS MÉDICAUX :
Une rétention d’eau peut faire partie des effets secondaires liés à la prise d’un traitement médicamenteux. En effet, certains médicaments sont connus pour retenir l’eau dans l’organisme. C’est le cas notamment : – Des traitements à base de cortisone. Elle entraîne une rétention de sodium et donc une rétention d’eau qui va être plus ou moins importante selon la dose et la durée du traitement : – Des anti-hypertenseurs qui favorisent la dilatation des vaisseaux sanguins afin de ralentir la pression artérielle et qui, par la même occasion, rendent les vaisseaux sanguins moins étanches favorisant ainsi le passage de l’eau dans les tissus ; – Des traitements hormonaux qui peuvent engendrer des fluctuations hormonales favorisant la rétention d’eau.

10. CERTAINES MALADIES :
Dans certains cas, cette dernière peut être causée par une maladie. On observe ainsi une rétention de liquides en cas d’insuffisance rénale, d’insuffisance cardiaque par exemple. Cet état peut alors être chronique.

11. UNE MAUVAISE CIRCULATION SANGUINE/LYMPHATIQUE :
Lors d’une mauvaise circulation sanguine, le sang stagne alors dans les parties inférieures du corps, les vaisseaux sanguins se dilatent et deviennent poreux. Une quantité anormale d’eau s’échappe alors vers les cellules et font gonfler les tissus provoquant des œdèmes. La même chose peut survenir lorsque la circulation lymphatique est entravée. Contrairement à la circulation sanguine qui est rythmée par l’action du cœur, la circulation lymphatique est uniquement rythmée par les mouvements du corps et les contractions musculaires.

12. DES CHANGEMENTS DE PRESSION :
C’est le cas lors de voyage en avion mais également lors de séjour en altitude (plus de 1200m). Le retour veineux est alors moins efficace, ce qui favorise la rétention d’eau en particulier dans les jambes et les pieds.

Chia ? La petite graine aux nombreuses vertus

Chia ? La petite graine aux nombreuses vertus !

La chia est une plante tropicale qui provient historiquement des régions subtropicales d’Amérique du Sud. Les graines constituaient un pilier de l’alimentation des civilisations précolombiennes. Ils la surnommaient la « graines des Dieux » en raison de ses nombreuses vertus.

A savoir : Depuis peu, une variété de chia française a fait son apparition ! Il s’agit de la variété ORURO®, une variété non-OGM obtenue par sélection naturelle et qui est adaptée à la culture sous le climat tempéré des régions françaises. En achetant la Chia de France, vous soutenez également les producteurs locaux !

Quelles sont les vertus des graines de Chia ?

Des intestins en forme : la chia est un remède naturel contre la constipation grâce à sa teneur élevée en fibres, aide à réduire les inflammations du tube digestif et à maintenir le taux de cholestérol.

Aide à la perte de poids : par un apport important en protéines et fibres, la chia a un rôle rassasiant et satiétogène (évite les sensations de faim).

Allié contre le diabète : elles permettent de stabiliser la glycémie grâce au ralentissement de l’assimilation des glucides par les fibres.

Renforce les dents et les os : par ses teneurs en calcium et phosphore, la chia permet de renforcer la solidité des dents et des os et contribue à la prévention de l’ostéoporose.

Antioxydants : notamment en vitamines B1, B3 et E : Ces vitamines empêchent la formation de radicaux libres, composés instables qui contribuent au vieillissement des cellules. Permettant de limiter les risques de cancer et de préserver la peau.

Apport en protéines important (23%), parmi eux des acides aminés essentiels : les protéines permettent de renouveler les cellules, elles ont un rôle structural dans la formation des tissus.

Meilleure régulation du sommeil : la chia augmente les niveaux de sérotonine et mélatonine, deux hormones contribuant à un sommeil réparateur et à réduire le stress.

Un cœur en bonne santé : grâce à son taux exceptionnel d’oméga 3, elles participent à la bonne santé du système cardiovasculaire, régulent la tension artérielle, améliorent l’élasticité des vaisseaux et contribuent à faire baisser le taux de triglycérides (taux de graisses dans le sang)

Cerveau boosté : un bon fonctionnement du cerveau grâce à ses oméga 3, qui participent à la construction et au maintien des membranes cellulaires et des neurones ce qui est primordial pour les fonctions cognitives.
Les omégas 3 sont très importants pour le développement cérébral du fœtus et des enfants en bas âges. Un apport journalier suffisant de graines de chia, permet de réduire le risque de développer une maladie neurologique dégénérative comme l’Alzheimer ou Parkinson.

Comment consommer les graines de chia ?

Rien de plus simple ! Les graines ont un goût assez neutre. Vous pouvez donc les incorporer dans vos entrées, plats et desserts, sous forme crues, moulues ou trempées. Vous verrez qu’au contact de l’eau, elles gonflent (elles absorbent l’eau), c’est également pour ça qu’elles ont un effet coupe-faim.

Il est également possible de les déguster en smoothies, jus, yaourts, compotes ou encore dans la vinaigrette ou la soupe. A vous de choisir ! Comme il n’y a pas de gluten ni aucun allergène connu, cette graine conviendra au plus grand nombre.

Pour les végans, elles peuvent servir à la confection de gâteaux et de pâtisseries. Remplacez un œuf par 2 cuillères à café de graines de chia + 30 ml d’eau.

Soyez curieux !