Archive de l’étiquette alimentation

La rétention d'eau

La rétention d’eau

L’eau représente 65% de notre poids total. Les reins régulent normalement la quantité de liquide dans l’organisme, mais lorsque le corps emmagasine plus d’eau qu’il n’en évacue, il se créé un déséquilibre des flux liquidiens, on parle alors de rétention d’eau. L’eau s’échappe alors de nos cellules et migre vers les tissus pour s’accumuler de manière excessive, ce qui entraîne un gonflement des zones concernées. Ce phénomène est plus ou moins visible à l’œil nu.

On parle souvent d’œdème en faisant référence à la rétention d’eau, mais il convient de comprendre que ce sont deux choses différentes même si elles sont liées. En réalité, l’œdème est une complication de la rétention d’eau. Il est défini comme un gonflement d’un organe particulier ou d’un tissu spécifique en conséquence à une rétention d’eau excessive par l’organisme. Lorsque l’on parle d’œdème, on a tendance à spécifier l’organe ou le tissu concerné : œdème des jambes, œdème pulmonaire, œdème cérébral, œdème cornéen, etc.

Quels sont les causes possibles de celle-ci ?

1. UNE HYDRATATION INSUFFISANTE :
La déshydratation est une des principales causes de rétention d’eau. Lorsque nous manquons d’eau, l’organisme se protège en stockant le peu d’eau disponible afin de lui permettre de continuer de fonctionner correctement. Une consommation d’eau insuffisante provoque également une concentration de sodium dans le corps. Or, ce dernier a pour rôle d’attirer l’eau en dehors des cellules.

2. LA CHALEUR :
Une autre des causes de rétention d’eau temporaire : la chaleur. Une hausse brutale des températures favorise la rétention d’eau dans la mesure où elle dilate les vaisseaux sanguins et les rend plus poreux. Résultat : elle entraîne des sorties d’eau et donc une accumulation d’eau en dehors des cellules.

3. UN DÉSÉQUILIBRE HORMONAL (Pour les femmes) :
Certains moments de la vie sont propices à un stockage excessif d’eau par l’organisme : c’est le cas de la période pré-menstruelle, de la grossesse ou encore de la ménopause : La rétention d’eau est ainsi fréquente à l’arrivée des règles. En effet, quelques jours avant les menstruations, les niveaux d’œstrogènes et de progestérone chutent : l’eau s’accumule alors dans l’organisme créant une rétention plus ou moins importante d’une femme à l’autre. Heureusement, ce phénomène est physiologique et s’estompe habituellement quelques jours plus tard. La ménopause est un troisième moment de la vie d’une femme à risque de rétention d’eau. Cette dernière est liée aux changements hormonaux et notamment à une moindre production de progestérone qui a pour rôle habituel de réabsorber les liquides de l’organisme par les reins.

4. L’ÂGE :
Mauvaise nouvelle ! L’âge est aussi un facteur de risque de rétention d’eau. En effet, avec l’âge, les vaisseaux sanguins deviennent plus poreux, favorisant ainsi la rétention de l’eau par l’organisme.

5. UNE ALIMENTATION PAUVRE EN PROTÉINES :
Une consommation insuffisante en protéines peut également être la cause d’une rétention d’eau, néanmoins cette cause reste assez peu fréquente dans notre société où la consommation de protéines est plutôt élevée. Il faut savoir que toutes les cellules du corps humain sont formées de protéines. Ces dernières constituent notamment les membranes des cellules. Résultat en cas de carences, les cellules retiennent moins bien l’eau qui va avoir tendance à s’échapper et s’accumuler en dehors de celles-ci.

6. UNE ALIMENTATION RICHE EN SEL :
De mauvaises habitudes alimentaires peuvent également favoriser l’apparition de rétention d’eau. Une des causes alimentaires les plus fréquentes : une alimentation trop riche en sel ou plus exactement de sodium. Un excès de sodium lié à une alimentation trop salée entraîne un déséquilibre sodium/potassium qui a des répercussions importantes sur les flux de liquides dans l’organisme. On constate un afflux d’eau des cellules vers les tissus sous-cutanés, où ils s’y accumulent : c’est la rétention d’eau.

7. LA CONSOMMATION D’ALCOOL :
La consommation d’alcool peut générer un état temporaire de rétention d’eau, dans la mesure où elle contribue à déshydrater l’organisme. En effet, de par son puissant effet diurétique, l’alcool augmente excessivement les pertes d’eau de l’organisme. S’il n’est pas compensé par une consommation d’eau en quantité satisfaisante, il occasionne alors de la rétention d’eau.

8. UNE IMMOBILISATION PROLONGÉE :
Une position statique prolongée et/ou fréquente peut entraver la circulation des liquides corporels(de la circulation sanguine ou lymphatique), ce qui favoriserait la rétention d’eau. Certaines positions (jambes croisées notamment) peuvent aggraver cet effet.

9. CERTAINS TRAITEMENTS MÉDICAUX :
Une rétention d’eau peut faire partie des effets secondaires liés à la prise d’un traitement médicamenteux. En effet, certains médicaments sont connus pour retenir l’eau dans l’organisme. C’est le cas notamment : – Des traitements à base de cortisone. Elle entraîne une rétention de sodium et donc une rétention d’eau qui va être plus ou moins importante selon la dose et la durée du traitement : – Des anti-hypertenseurs qui favorisent la dilatation des vaisseaux sanguins afin de ralentir la pression artérielle et qui, par la même occasion, rendent les vaisseaux sanguins moins étanches favorisant ainsi le passage de l’eau dans les tissus ; – Des traitements hormonaux qui peuvent engendrer des fluctuations hormonales favorisant la rétention d’eau.

10. CERTAINES MALADIES :
Dans certains cas, cette dernière peut être causée par une maladie. On observe ainsi une rétention de liquides en cas d’insuffisance rénale, d’insuffisance cardiaque par exemple. Cet état peut alors être chronique.

11. UNE MAUVAISE CIRCULATION SANGUINE/LYMPHATIQUE :
Lors d’une mauvaise circulation sanguine, le sang stagne alors dans les parties inférieures du corps, les vaisseaux sanguins se dilatent et deviennent poreux. Une quantité anormale d’eau s’échappe alors vers les cellules et font gonfler les tissus provoquant des œdèmes. La même chose peut survenir lorsque la circulation lymphatique est entravée. Contrairement à la circulation sanguine qui est rythmée par l’action du cœur, la circulation lymphatique est uniquement rythmée par les mouvements du corps et les contractions musculaires.

12. DES CHANGEMENTS DE PRESSION :
C’est le cas lors de voyage en avion mais également lors de séjour en altitude (plus de 1200m). Le retour veineux est alors moins efficace, ce qui favorise la rétention d’eau en particulier dans les jambes et les pieds.